Tribune d'Expression

Sainte-Foy Démocrate

Fidésiens, connaissons-nous vraiment le patrimoine de notre Ville ?

Et sommes-nous associés à son avenir ?

De quel patrimoine s’agit-il ? Archéologique, Architectural, Naturel, Culturel, de Santé ? Faisons un inventaire, non exhaustif :

Les Demeures, Châteaux et certains quartiers et villas de la commune d’une forte valeur patrimoniale…
La Ceinture Verte, la flore et la faune importante qui y vit, l’Yzeron, les Balmes, les arbres remarquables du Parc du Brûlet plantés les années 1850 et ses plantations de mûriers (production de vers de soie), le Parc Bourrat avec ses équipements multisport et son Boulodrome, le chemin de Fontanières, le Vignoble fidésien et les 5 000 m2 plantés en 2012 aux coteaux de Montray, les 3 Jardins Familiaux de Lambotte, du Fort et de la ferme Dufour…
Nous considérons que nos Associations structurantes, très actives chez nous, et leurs manifestations culturelles, sportives etc., font également partie du patrimoine :
Nos 2 Bibliothèques (Festival de la BD), le Conservatoire de Musique et de Danse (Fête de la Musique), la MJC (sa collection des costumes), le Cinéma Mourguet (Caravane des cinémas d’Afrique), l’Agupe (Nature en Fête), l’OMS (Le Raid) , La Fontanière, Le Comité de Jumelage...
Et pourquoi pas l’Hôpital, la Clinique Charcot, la nouvelle Clinique de Soins de Suite ?
II y a longtemps, qu’un inventaire complet et une discussion argumentée n’ont pas eu lieu au sein du Conseil Municipal ni auprès de la population fidésienne.
Actuellement un important chantier de rénovation et de mise aux normes de nos bâtiments publics est en cours dans notre ville.
Notre groupe SAINTE FOY DEMOCRATE, fort de la démocratie citoyenne qui lui est chère, et pour laquelle il a fait plusieurs fois des propositions à l’exécutif de la Marie, propose à celui-ci de saisir cette occasion pour organiser, après concertation avec l’ensemble des conseillers municipaux, une réunion publique d’information, d’échanges et de mise en valeur du patrimoine si riche, varié et intéressant de Sainte Foy-lès-Lyon.

Andromachi ELEFTHERATOS, Hervé TULOUP, Yvette LATHUILIERE, Cyrille ISAAC-SIBILLE. 

Agir avec vous

Bilan de mi-mandat, Acte 1 : Éthique et politique

Un premier bilan de ces trois années passées au sein du conseil municipal montre qu’au regard de l'ambition affichée de la candidate Véronique Sarselli plaçant son mandat sous l’auspice d'une « gestion d'excellence », le constat est tout autre.
La transparence de la gestion, est une exigence éthique et politique.
Force est de constater que l’équipe mise en place en 2014 ne semble pas en avoir fait une ligne directrice. De nombreux sujets sont traités par l’exécutif, dans le cadre d’une utilisation très extensive des délégations qui ont pu lui être données en début du mandat, sans qu’il en soit toujours rendu compte au conseil municipal.
Dans ce contexte nous avons d’ailleurs été conduits à ne pas approuver l’extension des délégations au Maire, présentée lors du dernier conseil municipal, qui permettait de passer des marchés sans l’aval du conseil municipal jusqu’à plus de cinq millions d’euros.
Ce mode de gouvernance est regrettable à l’échelle d’une commune comme Sainte Foy dont la taille permettrait une véritable participation éclairée des habitants et de leurs représentants à la décision publique.
L’entretien de la proximité, si nécessaire pour maintenir les solidarités et le « vivre ensemble » qui avait donné lieu à des engagements forts de Madame Sarselli, est complètement délaissé.
La communication avec les habitants et leur information, loin d’avoir été renforcée, a été d’emblée mise à mal par une diffusion erratique de Mosaïque, outre l’appauvrissement du contenu rédactionnel.
Enfin, et c’est une première dans l’histoire récente de Sainte Foy, on constate et déplore la disparition des réunions publiques au profit de permanences programmées les veilles de week-end, de 17 à 18 heures, heure où les habitants reviennent chez eux après être passés prendre les enfants à l’école ne suffisent pas à assurer le lien et l’écoute nécessaires.
Quant à la désignation d’élus référents dans les quartiers, nous l’attendons toujours…
N’oublions pas que notre commune se constitue d’un ensemble de quartiers avec une typologie spécifique et le dialogue doit se faire avec et pour tous les Fidésiens.
C’est la raison pour laquelle nous avions porté un projet municipal avec comme ligne directrice : AGIR AVEC VOUS. Nous ne pouvons que regretter le manque de proximité de Madame le Maire et son équipe avec les Fidésiens.
La suite au prochain numéro...

Philippe PONTVIANNE, Florence CAMINALE

Sainte-Foy À Venir

L’émergence de nouvelles questions sociales, de nouveaux enjeux à prendre en compte !

Le CCAS (Centre Communal d’Action Sociale) produit le rapport des ABS (Analyse des Besoins Sociaux). En fait d’analyse, il s’agit plutôt d’un rapport qui rend compte précisément de l’activité menée par les services qu’il gère et ceux avec qui il est en relation, mais il ne permet pas d’anticiper et d’analyser les besoins sociaux qui émergent au sein de la population fidjienne. Pourtant de fortes évolutions du contexte local ou institutionnel ne peuvent qu’impacter la politique sociale locale.
En effet, la Métropole de Lyon a pris la compétence de l’action sociale et à ce titre-là, elle a en charge la gestion des dispositifs réglementaires que ce soit pour des questions liées au logement, au RSA, à l’accompagnement social des personnes, aux services à domicile, à l’action en direction des personnes âgées ou porteuses de handicap. L'ABS ne précise pas les coordinations mises en place dans ces domaines où la mairie a aussi un rôle à jouer en complémentarité ou en subsidiarité.
La population fidésienne tend à vieillir et surtout à diminuer, une école ferme à Chantegrillet, le nombre de naissances diminue fortement. Quelles perspectives d’ajustements pour la politique sociale de la commune sont prévues ? Les ABS ne le mentionnent pas.
Par ailleurs, les démarches administratives sont maintenant dématérialisées, auprès de toutes les institutions. Si l’on peut s’en réjouir pour la facilité que cela apporte aux personnes connectées, il faut également rester vigilant par rapport à celles qui n’utilisent pas les canaux numériques. Le rapport ABS note « une augmentation très nette des demandes de médiation vis à vis des différents organismes auprès de l’assistante sociale de la Ville en dernier recours ». La Préfecture pointe également « une exclusion numérique de plus en plus forte auprès du public qui fait appel au service social afin d’accéder à leurs dossiers » . Car au-delà de l’accès à son dossier personnel, l’enjeu est bien l’accès aux droits pour chacun.
L’enjeu de la prévention d’une fracture numérique, comme risque fort d’exclusion sociale et économique doit devenir un nouvel axe de travail au niveau local au plus près des personnes. Mais actuellement la Mairie ne constatant pas de demandes explicites dans ce sens, ne prévoit pas d’actions d’accompagnement spécifiques.
Ces enjeux à eux seuls nécessiteraient une réflexion de fond sur l’évolution nécessaire de la politique sociale de Sainte- Foy,  et pourraient être un fil conducteur pour que la prochaine ABS s'inscrive dans une démarche prospective indispensable.

Monique COSSON, André VALENTINO, Isabelle PIOT
/ www.saintefoyavenir.org

Sainte-Foy Bleu Marine

Une politique culturelle certes ambitieuse... mais coûteuse !

Si j’ai un conseil à vous donner : profitez bien de la saison culturelle 2017-2018 et des équipements municipaux afférents (le Conservatoire de Musique et de Danse et la bibliothèque) car tout cela a un coût pour les contribuables fidésiens.
La dynamique culturelle a fait partie des 3 axes majeurs de la nouvelle mandature dès 2014, bien loin devant la politique familiale ou encore la sécurité des biens et des personnes. « En période de crise économique et sociale profonde, il faut faire de la culture le facteur de cohésion sociale » (Véronique Sarselli / conseil municipal du 20/11/2014). Soit ! Mais, sur les 21 000 habitants que compte notre commune, combien de Fidésiens profitent de cette « culture pour tous » ?
Quelques chiffres pour bien comprendre la politique culturelle « ambitieuse » de la ville. Les dépenses de fonctionnement du poste culture sont le 3ème poste de dépenses après les services généraux (45 % du total des 19,5 M€ des dépenses réelles de fonctionnement - chiffres 2016) et le poste enseignement (17 %)… Il représente 2,1 M€ soit presque 11 % du total des dépenses. Les dépenses de ce poste culture se répartissent entre le Conservatoire de Musique et de Danse (52 % des dépenses dont 97 % sont des charges du personnel), la bibliothèque municipale (34 % dont 83 % de charges de personnel) et les actions culturelles (12 %).
Ceci dit, plus de 50 % du budget est consacré au Conservatoire de Musique et de Danse. Quand on sait les controverses quant à l’ouverture de cet établissement à la « culture pour tous », on peut se permettre d’émettre des réserves sur l’arbitrage pertinent et solidaire de notre équipe municipale. Car, pendant ce temps-là, le budget consacré à la politique de la famille et de la solidarité reste en deçà.
À l’heure où le gouvernement impose aux collectivités de maîtriser leurs dépenses en rabotant les dotations avec une coupe supplémentaire de 300 M€ annoncée cet été, ces choix politiques quoique assumés peuvent paraître indécents. La municipalité se refusant toujours à ce jour de s’inscrire dans une démarche de rigueur budgétaire contrainte à l’égard des associations de la commune, je ne peux qu’inviter celles-ci à envisager par elles-mêmes une demande de subvention 2018 à la baisse, dans l’intérêt commun.

Muriel COATIVY
Tél. 04 72 77 50 00 /